mardi 9 décembre 2014

APPEL ET PRISE DE POSITION PAR LA CGT CHEMINOTS POUR LA LIGNE NICE-CUNEO



LIGNE  NICE-BREIL-CUNEO
UNE LIGNE DE VIE EN DANGER !

Le 4ème paquet ferroviaire voté en février dernier par une caste de députés ultralibéraux porte déjà des conséquences sur notre département, particulièrement sur la ligne Nice - Cuneo menacée de fermeture faute de financement.
Après plusieurs mois de pression et de manifestations publiques, dont la CGT et les cheminots n’ont cessé de répondre par leur présence, des élus locaux et des représentants associatifs ont été reçus à Paris par le président de Réseau Ferré de France et par le ministère des transports afin d’obtenir des engagements concrets sur l’avenir de cette ligne.
Les usagers, victimes collatérales de la politique « Pépy »
Plus de 4000 emplois ont été supprimé à l’infrapôle depuis 2008, le président de RFF estime qu’avec un effectif aussi restreint, il lui est impossible d’initier des travaux avant 2017. Autant que les cheminots, les usagers payent le prix fort de cette politique d’austérité. Les temps de parcours  ont été allongés (55 mn pour Breil-Tende et 2h30 pour Vintimille - Cuneo) suite à la mise en place d’une zone de ralentissement à 40 km/h sur la totalité du parcours entre Piene frontière et Vievola, jusqu’à quand ?


Cette situation n’a que trop duré !
Le gouvernement  italien s’est pourtant engagé à financer ces travaux à hauteur de 29 millions d’euros (somme utilisable impérativement en 2015).
Malgré les engagements du conseil régional PACA qui s’engage aussi à investir sur plusieurs années, RFF et la SNCF «traînent les pieds» pour accélérer rapidement les travaux et mettent en avant le fait qu’il faut 12 mois d’études d’ingénierie et le manque de ressources humaines…
Peut- on rester plus longtemps dans l’expectative ?
Cette ligne représente autre chose qu’une curiosité touristique .Elle relie la Côte d’Azur, la Ligurie et le Piémont, des régions économiquement développées. Elle représente aussi une sérieuse alternative à la politique du tout routier (les investissements financiers pour le doublement du tunnel de Tende sont 40 fois plus importants !...)
Dans sa partie de Nice à Drap la fréquentation a considérablement augmentée avec la création du lycée de Drap. Le nombre de navettes mises en circulation est loin d’être suffisante (frilosité de la SNCF).
Pour nous cheminots il est vital de défendre cet outil de travail ,cela représente des dizaines d’emplois tous services confondus.
Il est urgent que les travaux commencent .Il faut aussi que la convention de 1970 (engagements sur les investissements et la prise en compte des déficits d’exploitation) soit revue pour qu’un accord équilibré entre les 2 Etats voit le jour dans l’intérêt des populations concernées .
Nous invitons les cheminots à se mobiliser avec la CGT etles associations d’usagers, qui ont commencé à faire évoluer positivement la situation, et à participer à toute initiative qui permettra de sauver cette ligne.         

                                     Nice, le 01 décembre 2014

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire