mercredi 30 mai 2018

MANIFESTATION POUR NOTRE LIGNE DE VIE DIMANCHE 10/6 BREIL 10h45 NICE 14H30

Pour sauver notre ligne de vie,
nous ne lâcherons rien, 

DIMANCHE 10 juin,

toutes et tous à BREIL 10H45puis à NICE 14H30

Manifestiamo tutti insieme,
non molliamo !






Rassemblement à Nice-Manifestazione di protesta a Nizza




jeudi 10 mai 2018

COMMUNIQUE "Point sur les conditions de circulation ferroviaire dans les vallées Roya-Vermenagna en MAI 2018"




Communiqué
Point sur les conditions de circulation ferroviaire
dans les vallées Roya-Vermenagna en MAI 2018

Le Comité Franco-Italien de défense de la ligne Nice-Cuneo-Ventimiglia s’indigne de la situation d’abandon dans laquelle sont plongés les habitants de nos vallées Roya et Vemenagna.
Les communications terrestres entre la France et l’Italie sont coupées par l’incompétence et l’imprévision des autorités.
1°) La ligne ferroviaire, vitale pour nos vallées et les relations franco-italiennes, reste fermée alors qu’elle aurait dû ouvrir le 30 avril. Contrairement aux accusations scandaleuses de la direction SNCF, les cheminots en lutte pour la défense du service public ferroviaire ne sont en rien responsables du non achèvement des travaux dans les délais prévus.
2°) L’inondation survenue dans le tunnel routier ne peut être imputée aux seules intempéries quand on connait la mauvaise gestion du percement du nouveau tunnel parallèle à l’ancien.
Nous exigeons :
- que toute la lumière soit faite sur cette accumulation de mauvaises gestions,
- que tous les moyens soient mis en œuvre pour rétablir au plus vite la liaison ferroviaire qui prouve une fois de plus sa meilleure fiabilité pour peu qu’on y mette les moyens.
Le rétablissement rapide de cet axe est possible par une relation ferroviaire entre Limone-Vievola, si la France et l’Italie unissent leurs efforts comme le proposent les autorités italiennes par la voix de Monsieur Lido RIBA, Président de l’UNCEM Piémont.
Au nom des usagers et des habitants de la Roya et de la Vermenagna, nous réitérons notre exigeance que soient désenclavées au plus tôt les vallées Roya-Vermenagna, par cette voie de circulation la plus directe au sud des Alpes entre la France et l'Italie qu’est la voie ferrée Nice-Cuneo-Ventimiglia, et, comme nous l’avons porté maintes fois, la reprise des travaux visant au retour de la circulation à 80 km/h, et la refondation équitable de la Convention de 1970 pour la ligne entre les Etats français et italiens, restée lettre morte depuis des années.

vendredi 23 février 2018

Communiqué de la FNAUT du 23/10/2017 : "SNCF, une stratégie incompréhensible et dangereuse pour l'avenir du rail"



SNCF : une stratégie incompréhensible et dangereuse pour l’avenir du rail


lundi 23 octobre 2017

Selon une déclaration du président de SNCF Mobilités lors du récent congrès de la FNTV, « la SNCF a l’ambition que le car TER soit meilleur que ce que le train peut faire ». Cette déclaration suscite l’incompréhension de la FNAUT, qui demande un recentrage de l’exploitant sur son métier de base : faire circuler des trains.
TER : train et car sont nécessaires et complémentaires
Les vocations des deux techniques sont complémentaires : le train, avec un bon rapport qualité prix, doit desservir les lignes ferroviaires intéressantes, qui ne se limitent pas à quelques lignes à grand trafic. Le car doit le compléter dans les zones de faible densité ou dépourvues de voie ferrée.
Le train doit être mieux exploité avant tout transfert sur route
Le train régional est bien mieux exploité par les opérateurs étrangers qu’il ne l’est en France, y compris sur des lignes à faible trafic. Pourquoi SNCF Mobilités ignore-t-elle leurs méthodes ? Transférer le service ferroviaire sur route est prématuré, c’est faire l’inverse de ce que souhaitent les usagers du TER.
Le car est utilisé à contresens
Pour réaliser des économies apparentes, au lieu de chercher à contenir la dérive de ses coûts de production, la SNCF remplace souvent les trains TER par des cars aux heures creuses. Or, une fois le train acheté, son coût marginal d’utilisation est faible : le train doit donc être utilisé toute la journée, pour capter un maximum de clientèle. C’est en heure de pointe que le car est utile : il permet de vraies économies en évitant un sur-investissement en matériel ferroviaire.
Une stratégie incompréhensible
Le projet d’entreprise « Excellence 2020 » propose une diversification des activités de la SNCF, mais oublie le sujet principal : le ferroviaire national ! Pendant ce temps, les cars Ouibus (filiale de la SNCF) sont déficitaires et, de plus, concurrencent les TGV et les trains Intercités. Quant aux services de covoiturage IDVROOM, ils concurrencent les trains TER.
La SNCF se trompe de métier et ferait mieux de s’exprimer sur le développement du ferroviaire. La FNAUT demande que les Assises de la Mobilité débouchent sur un recentrage de SNCF Mobilités sur ses activités ferroviaires, dans l’intérêt des voyageurs et de la collectivité, et sur sa mise en concurrence avec d’autres opérateurs pour l’exploitation du TER.


Lettre de la députée de la 4e circonscription à Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique - 2/10/2017

Lettre de la députée de la 4e circonscription à
Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique  

2/10/2017



Communiqué du sommet franco-italien - 29/9/2017

Communiqué du sommet franco-italien


Transports et infrastructures


Objectif 1. Échanger les bonnes pratiques et croiser les réflexions sur les nouvelles politiques de mobilité
Les deux États conviennent d'échanger leurs bonnes pratiques en matière de planification des politiques de transport. Ainsi, un séminaire conjoint réunira d'ici fin 2017 les deux Ministères chargés des Transports, notamment pour présenter la nouvelle stratégie italienne en matière de mobilité « Connettere l'Italia ».

Objectif 2. Conduire ensemble les projets de transport transfrontaliers

1. Le Projet de liaison ferroviaire Lyon-Turin
La France et l’Italie confirment l’importance stratégique de la section transfrontalière de la ligne ferroviaire Lyon-Turin, qui fait partie des réseaux trans-européens de transport et dont la réalisation repose sur des accords internationaux. Les deux Etats soulignent que les travaux préliminaires sont désormais en voie d’achèvement et que le lancement des travaux ultérieurs, notamment pour la réalisation du tunnel de base est en préparation. Sa dimension stratégique pour la France, l’Italie et l’Europe, en tant que composante fondamentale du corridor méditerranéen des réseaux trans-européens, et notamment les engagements internationaux pris, constitueront un critère important dans la réflexion que la France mènera à l’égard de l’ensemble de ses grands projets d’infrastructure, et dans les décisions qui seront prises par la France au plus tard au 1er trimestre 2018, en pleine association avec le Gouvernement italien et la Commission européenne. Dans ce cadre, les deux États conviennent de mettre en place un groupe de travail entre les deux Ministères, en lien avec le coordinateur européen pour le corridor Méditerranée, avec l’objectif de faire conjointement des propositions concrètes d’ici la fin de l’année, en examinant (i) les montages envisagés côté français et (ii) les conséquences de l’application de la loi italienne dite « des lots constructifs » à la section transfrontalière, dans la perspective de la réalisation du projet.

2. Autoroute ferroviaire alpine (AFA)

La France et l'Italie se félicitent du lancement le 1er août 2017 de la consultation pour la mise en concession du service d’autoroute ferroviaire alpine. Cette procédure confirme la volonté des États de favoriser le report modal sur l’arc alpin, de pérenniser et renforcer ce service de transport de camions sur des trains. Les deux pays réitèrent leur objectif de concéder l’exploitation du service pour une durée de 10 ans.

3. Commissions Intergouvernementales (CIG)
La France et l’Italie ont aussi évalué l’avancement des travaux du tunnel routier du col de Tende et du tunnel du Fréjus, et fait part de leur souhait d’un calendrier ambitieux. Les deux Pays ont engagé le travail d’actualisation de la convention du 1970 pour la ligne ferroviaire Coni-Breil-Vintimille et se donnent l’objectif de parvenir à un accord dans le courant de l’année 2018.

Lettre de mission du Premier ministre à Elisabeth Borne, ministre des Transports














Lettre du Comité de défense de la ligne à Mme la députée - 26/9/2017




Madame Valetta-Ardisson Alexandra
Députée de la quatrième circonscription des Alpes Maritimes

Assemblée Nationale
126, rue de l’Université
75355 Paris 07 SP


Breil sur Roya, le 26 Septembre 2017
 

Madame la Députée,


Nous vous remercions pour votre courrier en date du 31 juillet 2017, suite à notre lettre du 10/07/2017 concernant notre ligne de vie.
Nous prenons acte de votre volonté de vous investir pour celle-ci qui représente un atout important pour les trois régions limitrophes (PACA, Piémont et Ligure) et notre vallée fragile économiquement et écologiquement. Nous nous réjouissons également des nouvelles orientations prises par le Premier Ministre dans sa lettre de cadrage du 09 Août 2017 à Madame Elisabeth Borne, ministre des transports. Dans cette lettre y sont évoqués les transports dans les territoires ruraux et périurbains dont nous faisons partie.
Dans ce cadre, notre ligne internationale représente une belle opportunité pour nous inscrire dans ces nouvelles dispositions dont nous devons, ensemble, nous saisir. Nous sommes à votre disposition pour participer, comme vous l’indiquez dans votre lettre, à un atelier autour de la ligne « Ventimiglia-Breil-sur-Roya-Tende-Cunéo ».
Nous apprenons que lors du 34ème sommet franco-italien qui s’est tenu le mercredi 27 septembre 2017 à Lyon, la ratification d’une nouvelle Convention, suite à celle de 1970, interviendrait d’ici à la fin de l’année 2018. Cette ratification ira dans le bon sens pour la pérennisation de notre ligne.
Lors du rassemblement du 3 septembre 2017 à Breil sur Roya, qui a vu la participation de plusieurs centaines de personnes, votre suppléant qui vous représentait, Monsieur Alain Godino, nous informa que vous alliez prendre contact avec Mme la ministre des Transports pour évoquer l’avenir de notre liaison ferroviaire. Nous nous félicitons de votre initiative.
En effet, de plus en plus de salariés, pour des raisons financières (loyers trop chers, etc.), sont contraintes de s’éloigner d’une côte sur-urbanisée, devenue hors de prix pour eux. Notre vallée dispose d’un atout considérable avec le train qu’il serait absurde de sacrifier.  Il est un moyen de transport confortable, rapide, sûr et peu polluant au regard de la voiture ou du car. Il permet des déplacements dans de très bonnes conditions, surtout dans cette vallée encaissée et sa route dangereuse avec de nombreux virages, des éboulements fréquents et trop fréquentée par des véhicules de gros tonnage.
Par ailleurs, un rapport sur les possibilités de la ligne quant à sa vitesse, suite aux travaux en cours, a été demandé par le Conseil régional PACA. Celui-ci devait être porté à notre connaissance d’après la conseillère régionale PACA Mme Boetti-Forestier Laurence, le 12 septembre 2017. A ce jour, nous n’en avons toujours pas connaissance. Aussi, pourriez-vous vous procurer ce rapport et nous le communiquer afin de mieux comprendre les orientations futures qu’il contient quant à cette liaison ferroviaire de Cunéo à Vintimille qui devrait représenter, pour nos populations rurales, une ouverture grandement facilité ((via Vintimille) vers la Principauté de Monaco, principal poumon économique le plus proche de nos communes.

En attendant de vous lire, nous vous prions de croire, Madame la Députée, à l’assurance de nos salutations les meilleures.




Poirier Christian
Président du Comité
Copie à :
- Monsieur Tabarot Philippe, Vice-président aux transports de la région Provence-Alpes-Côte  d’Azur,
- Madame Boetti-Forestier Laurence : Conseillère régionale de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur,
- Monsieur Ginésy Charles-Ange: Président du Conseil départemental des Alpes Maritimes,
- Monsieur Guibal Jean-Claude : Président de la Communauté d’Agglomérations de la Riviéra Française (CARF),
- Madame et Monsieur Tomasini Valérie et Tujague Francis : Conseillers Départementaux du canton de la Roya-Bévéra-Paillons,

Adresse du Comité Franco-Italien : Chez Monsieur Poirier Christian
102, Chemin Morga – Quartier Bourg - 06540 Breil sur Roya
Téléphone : 06 83 86 84 95
E-mail du comité de défense de la ligne Ventimiglia-Nice- Breil sur Roya-Tende-Cunéo : nice.tende.en.train@gmail.com

Lettre du Comité de défense de la ligne au Président de région - 20/9/2017



"Livre blanc du chemin de fer Nice-Cuneo", par Michel BRAUN

Le "Livre blanc du chemin de fer Nice - Cuneo" 

rédigé par Michel Braun 
est disponible en téléchargement :

Sur le site de l'écomusée du haut-pays et des transports de Breil-sur-Roya : http://www.ecomusee-breil.com/

Numéro 11 octobre-novembre 2017 de "La Marmotte déroutée" sur "notre ligne de vie"

 Tout un numéro de "La Marmotte déroutée" : 

"Gardons notre train de vie !!!"

Gardons la ligne...



Communiqués de NOSTERPACA "Les assises régionales de la mobilité : Tout ça pour ça ?"

  COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 09 OCTOBRE 2017

ASSISES REGIONALES MOBILITE :
TOUT ça pour ça ?
­

Le 09 octobre se tenait à l’Hôtel de Région la clôture des assises du transport.
Conclusion : pas d'amélioration en vue pour les transports du quotidien 

Lancées en grandes pompes le 2 février dernier, les assises régionales des transports s'annonçaient ouvertes, collaboratives, innovantes, avec des réflexions sans tabou sur la place des différents modes de transport.

Ces assises apparaissaient d'autant plus opportunes que la loi NOTRe venait de conférer à la Région la responsabilité d'un ambitieux et prescriptif Schéma régional d'aménagement et de développement durable et d'équilibre des territoires (SRADDET), intégrant une planification des infrastructures de transports (PRIT) et de l'intermodalité (PRI), et lui transférant la compétence des cars départementaux.

Alors, que s'est-il passé depuis 8 mois ?

- aucun échange sur le PRIT et le PRI alors que le SRADDET est soumis à la consultation du public

- la disparition des comités de ligne, instances obligatoires de concertation sur le service ferroviaire régional de transport

- aucune communication des projets de grille horaire des TER 2018 à 2 mois de leur mise en application, alors qu'auparavant ceux-ci faisaient l'objet d'une concertation 6 mois à l'avance

- pas d'intégration des cars départementaux dans un réseau régional reconstruit, pas d'amélioration de l'intermodalité ; y compris tarifaire : il faut toujours 3 cartes ZOU ! pour bénéficier des meilleurs tarifs sur des trajets intermodaux

- aucun rendu d'étude ni aucune concertation sur la perspective annoncée de remplacer des trains par des cars sur certaines lignes

- au quotidien : des suppressions de trains sur Aubagne - Marseille, Avignon - Carpentras, et la ligne des Alpes

- pire : l'excuse rêvée de travaux sur Marseille-Aix pour dégrader, dans des proportions inouïes, l'offre ferroviaire pendant 4 ans, avec la diminution d'un tiers du nombre de trains, la suppression de la desserte de Pertuis, et la coupure pendant 3 à 4 mois par an de la liaison entre la Métropole Aix-Marseille-Provence et les Alpes du sud

- cerise sur le gâteau : des annonces tonitruantes sur l'ouverture à la concurrence des TER, quand d'autres régions construisent pas à pas des alternatives raisonnables sur une partie de leur réseau, et alors que notre région dispose de sa propre régie de transport.

On est bien loin de l'ambition des assises nationales de la mobilité, lancées le 19 septembre dernier, avec des appels à contributions sur 6 thématiques d'importance.


Gilles MARCEL, président de NOSTERPACA, conclut : « Les ambitions régionales en matière de déplacements du quotidien doivent se hisser au niveau des enjeux économiques, sociaux et environnementaux pour l’ensemble de nos territoires de Provence-Alpes-Côte d’Azur.
 Souhaitons que les assises nationales puissent engager le pays, et les régions, dans une dynamique plus positive !».

Contact presse :  Gilles MARCEL 06 08 89 75 54

et : 

Communiqué "Alerte maintien service public ferroviaire" 

du 12/7/2017
par NOSTERPACA / FNE