samedi 5 janvier 2019

Voeux pour 2019, publiés dans le Patriote

Vœux pour 2019

publiés dans "Le Patriote", janvier 2019

Quel avenir pour la ligne de vie Nice-Cuneo-Vintimille ?


2019 est l’année du 40ème anniversaire de la réouverture de cette ligne. A l’époque ce fut un grand moment, porteur d’espérances : Nice Turin en moins de 3 h, des trains réguliers desservant toutes les gares, un aller -retour possible dans la journée entre Nice, Cuneo et Vintimille, via les villages tout au long de la ligne, et même des trains de marchandises ( !!) transportant entre autres le ciment depuis les villages du Piémont jusque sur la côte. Les gares étaient vivantes et les voies entretenues. Des familles, dont des familles de cheminots, s’installaient dans nos villages.
 Et puis sont venus la vague de libéralisme concrétisée par la réforme du ferroviaire, l’abandon de 80 lignes TER considérées comme secondaires, la priorité donnée au tout TGV, les » bus macron », etc.
 Actuellement, le tronçon Nice –Breil et le train des Merveilles jusqu’à Tende sont assurés tant bien que mal, avec des trajets émaillés fréquemment par des dysfonctionnements.
Pour résumer, du point de vue des services publics la Basse Roya va mal, la haute vallée de la Roya et les relations économiques avec l’Italie sont à l’agonie.
Petit aparté coté route : aujourd’hui de nombreux semi-remorques italiens empruntent la route, circulant la nuit (transportant le fameux ciment), afin de contourner l’interdiction de circulation au plus de 19 tonnes. Vendredi 28 décembre, une opération escargot de T.I.R est organisée par les puissants lobbies italiens entre Vintimille et  Cuneo, pour demander l’annulation des interdictions départementales et municipales en vigueur.
On ne s’étendra pas sur les scandales relatifs aux travaux du tunnel routier du Col de Tende !
Globalement, la vallée de la Roya n’est pas donc sortie d’affaire !
 Mais gardons espoir : des élus et des associations, des deux côtés de la frontière, continuent de se battre pour la survie de leurs territoires.
 On entend même étrangement, depuis peu, certaines têtes se rallier à la défense de l’égalité des territoires, du maintien impérieux des lignes secondaires… etc. Discours écologique et social de circonstance ou vraie prise de conscience ?
Il est impératif « d’inverser la vapeur », ce ne sont pas les bonnes intentions qui manquent, ni même l’argent : simplement la volonté de le prendre là où il est et de le mettre là où il faut.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire